27 avril 2015

Lundi 27 avril 2015

Plus que deux jours à passer ici, je me sentais bien à Séville, j’y serais bien rester quinze jours de plus mais il faut bien de temps en temps retrouver la communauté humaine qui, s’il ne se manifeste pas oublie rapidement ses membres. À tant que faire, je préfère la solitude volontaire à la solitude subie. Le temps ne s’est pas vraiment arrangé et la météo n’annonce rien de bon pour les jours à venir. Le proverbe d’avril est vrai ici, au sud de l’Espagne, comme au nord de la France. Au cours de la journée, le soleil essaiera bien de... [Lire la suite]